• A genoux

    Toi
    Oui, toi
    Tu es celle que j'ai choisie
    A genoux

    A genoux devant ma suprématie !
    T'observer en train de souffrir
    Me donne davantage envie de te saigner
    Je claque des dents
    Je serre les poings
    J'ai qu'une seule envie
    Te traîner dans la boue
    Arracher tes vêtements
    Ejaculer sur ta face
    Détruire ton petit paradis
    Que nulle part sur terre
    Tu ne puisses être heureuse
    Que nulle part sur terre
    Tu ne sois à l'abri de ma colère

    A genoux !
    Saigne, souffre, supplies-moi de t'épargner
    Que chaque seconde du reste de ta vie soit atroce
    A genoux !
    Ne conteste pas, ferme ta gueule et pleure
    Ne me résiste pas connasse, je suis plus fort que toi
    A genoux !
    Ta face de fée amochée par tes larmes et ton sang
    Heureusement qu'elle est embellie par mon sperme
    A genoux !
    Tu passeras ta vie à genoux
    A glorifier ma suprématie

    A genoux devant ma suprématie !
    Extermination de la faiblesse
    Via les méthodes les plus cruelles
    Tu ne mérites pas de vivre
    Tu mérites de souffrir
    Je t'observe en train de pleurer
    Les mains cachant ton visage
    En position foetale
    Alors que je te tire les cheveux
    Te soulevant du sol
    Cognant ta gueule à coups de poings
    Ton nez détruit par mes coups de pieds
    Nulle part sur terre tu seras en sécurité
    Le reste du monde ne t'entend pas
    Nulle part sur terre tu ne pourras m'échapper
    Arrête de chialer, ta gueule salope

    A genoux !
    Saigne, souffre, supplies-moi de t'épargner
    Que chaque seconde du reste de ta vie soit atroce
    A genoux !
    Ne conteste pas, ferme ta gueule et pleure
    Ne me résiste pas connasse, je suis plus fort que toi
    A genoux !
    Ta face de fée amochée par tes larmes et ton sang
    Heureusement qu'elle est embellie par mon sperme
    A genoux !
    Tu passeras ta vie à genoux
    A glorifier ma suprématie

    Et me voilà
    Une torche allumée à la main
    Prêt à détruire ton habitation et tes souvenirs
    Ta faiblesse me débecte
    Ta laideur est inhumaine
    Supplie-moi de t'épargner connasse
    Vomis tes insultes pathétiques
    Sous mes ricanements machiavéliques
    Alors que ta face est amochée
    Par ton sang et par tes larmes
    Je te fais la faveur de l'embellir
    En éjaculant partout sur toi
    Alors que ta maison est en feu
    Je te suivrai où que tu ailles
    Rampe, à genoux et rampe
    Montre-moi comment les chiennes rampent
    Sous mes coups de pieds dans ton nez
    Rampe, à genoux et rampe
    Supplie-moi de t'épargner
    Souffre pour moi
    Vis pour moi
    Meurs pour moi

    Chienne de faible
    Tu es faible
    Ton ADN est faible
    Et tu le sais très bien
    Avec toute la pertinence du monde
    Alors reste à genoux
    Et montre-moi une fois encore
    Comment les chiennes rampent


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :