• Et pour oublier tu bois encore un verre
    Mais tu ne peux plus faire marche arrière
    Entre deux torrents de larmes
    Tu veux noyer le monde dans le napalm
    Tu étais intelligente pourtant
    Ton avenir aurait été brillant
    Tu aurais pu être une mathématicienne
    Une très grande astrophysicienne
    Mais tu as préféré choisir la haine
    Le dégoût total du monde moderne
    A trop vouloir jouer avec les ténèbres
    Tu as mis un pied au royaume funèbre
    La tête dans le brouillard, les mains au sol
    Pas moyen d'arrêter cette course folle
    Encore un autre shoot au paradis artificiel
    Dans tes rêves tu détruis terre et ciel
    Aveuglée par ton pouvoir inexistant
    Tu es la maitresse indomptable du néant
    Le boss de fin d'un jeu vidéo shônen
    La berzerker guidée par la haine
    L'apprentie magicienne devenue nécromancienne
    Maintenant que tu as noyé tes peines
    Le destin du monde t'appartient
    La terre entière est entre tes mains
    Et tu n'as jamais assez de pouvoir
    La drogue est devenue ta magie noire
    Toujours impossible de revenir sur Terre
    Tu ne comprends pas que tu fonces vers l'Enfer
    Il n'y en a pas beaucoup qui arrivent à s'échapper
    Et pour les filles comme toi, les portes sont fermées
    Peu importe ce que tu sais faire
    La drogue se moque de ton syndrome d'Asperger
    Je me rappelle encore d'une fille surdouée
    Qui avait tout pour percer et se faire respecter
    Tu connaissais Einstein, Fibonacci, Hawking
    Tu comprenais Tesla, Watt, Turing
    Mais c'est fini tout ça, tu as touché le fond
    Maintenant c'est la drogue et les cachetons
    Plus de famille, plus de potes, plus de fric
    Mais toujours plus de séjours en clinique
    Et dans tes rêves tu continues de détruire
    Voir le monde s'effondrer et le peuple souffrir
    Tu espères qu'ils obéiront au son de ta voix
    Qu'ils implorent ta pitié ou je ne sais quoi
    Alors qu'à l'horizon se dessinent des flammes
    Sur le sol, le sang de ceux à qui tu as fauché l'âme
    Une faux à la main, tu marches parmi les morts
    Mais en réalité, de qui décide-tu du sort?

    Personne pour te faire taire dans ta descente aux Enfers
    Mais le retour sur Terre risque d'être d'autant plus amer
    Parce que depuis le début tu as oublié un problème
    C'est que tu ne condamnes que toi-même.

     


    Ca n'a rien à voir mais je suis fier de ma connerie alors chut.


    votre commentaire
  • Tous les humains sont pareils, c'est-à-dire pas grand chose
    Et je suis comme les autres, à me noyer dans la névrose
    On vit dans un Enfer où nos semblables empoisonnent la Terre
    Et j'en ai marre de faire semblant de gueuler pour ne rien faire
    On n'est pas contents, on va tout casser et rester connectés
    Parce qu'après tout c'est beaucoup plus facile que de se révolter

    A coups de lignes écrites dans les flammes et dans le sang
    J'exorcise des démons pour oublier que le monde va vraiment mal
    Je libère mes instincts de haine et de survie, la rage aux dents
    Je reviens à l'état animal...

    A coups de verve revendicative
    Nous sommes la jeunesse négative !
    On crache des lignes incisives
    Nous sommes la jeunesse négative !

    Nous noyer dans l'alcool ne nous permettra pas d'oublier
    Que pas une minute ne passe sans un viols et autres joyeusetés
    Moi aussi je gueule contre chaque décisions des gouverneurs
    Qui font de nos terres un grand merdier où on vit dans la peur
    Contestataire jusqu'au bout des ongles mais rien à proposer
    Je sais pas comment nettoyer ce monde qu'on a tous fabriqué

    A coups de lignes écrites dans les flammes et dans le sang
    J'exorcise des démons pour oublier que le monde va vraiment mal
    Je libère mes instincts de haine et de survie, la rage aux dents
    Je reviens à l'état animal...

    A coups de verve revendicative
    Nous sommes la jeunesse négative !
    On crache des lignes incisives
    Nous sommes la jeunesse négative !

    Tous divisés pour remuer ciel et terre
    Tous unis autour de la même merde !
    La catharsis encrée dans notre chair
    Tous unis autour de la même merde !

    Te frotte pas à la jeunesse négative
    Te frotte pas à la jeunesse négative
    Te frotte pas à la jeunesse négative
    Te frotte pas à la jeunesse négative

    On crache des lignes incisives
    Nous sommes la jeunesse négative !
    A coups de verve revendicative
    Nous sommes la jeunesse négative !


    votre commentaire
  • Pouet. Un texte écrit en FreeStyle, en écoutant Mistress, le side-project des mecs de Anaal Nathrakh. La musique violente m'inspire, et j'avais le besoin d'exorciser un problème de société, le harcèlement scolaire, dont j'ai longtemps fait les frais. Au fait, j'ai écrit ce texte d'une manière assez différente et dérangeante, c'est-à-dire du point de vue du bourreau et pas de celui de la victime, et à la première personne du singulier. Et attention, j'ai écrit ce texte avec ma violence et ma haine d'antan, qui m'animaient alors que j'écrivais sous le pseudo de "Frelon Khaos".

    Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existé est purement volontaire.

     


    Vieux fanart de Terror qui n'a rien à voir.

     

     


     

     

    Tu n'as pas le droit d'être heureux. Tu n'as pas le droit d'avoir une vie normale. Aussi longtemps que j'existerai, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que ta vie soit un calvaire. Tu n'as pas le droit d'être tranquille. Je suis ton fléau. Je suis ton pire cauchemar, je suis celui qui va changer ta définition de l'école pour la vie. Parce que je ne t'aime pas.

    Parce que tu es inférieur, parce que je suis plus fort que toi et que les vermines de ton espèce, je ne les aime pas. Nous, les jeunes, nous sommes solidaires et tous unis nous allons gagner. Mais ce qu'on ne t'a pas dit, c'est qu'on ne se fait pas de cadeaux entre nous. Alors ferme ta gueule, ne dis rien à ta mère ni aux pions. Et va te faire violer.

    Je suis ton pire cauchemar. Aussi longtemps que j'existerai, tu n'auras pas le droit d'être heureux dans cette école et d'étudier correctement. Je te volerai ton portable, tu le retrouveras par terre l'écran brisé. Je me mettrai derrière toi pendant les cours pour t'attaquer au poinçon. Je tirerai ta chaise au moment où tu écriras tes cours juste pour que tu fasses des ratures. Je glisserai du poil à gratter sous ton haut, je sais que tu y es allergique, ça sera plus marrant. Qu'il est bon de te voir pleurer. Je te caillasserai jusqu'à ce que tes jambes ne puissent plus supporter ton poids. Et une fois que tu seras au sol, j'essuierais mes pieds plein de merde sur ta sale gueule. Je tartinerai ta chaise avec de la poudre de craie. Je dessinerai des bites sur ta table, et tant qu'à faire j'y dessinerai des croix gammées comme ça tu passeras pour un nazi et tout le monde te détestera. Tu n'auras bien plus qu'un seul cauchemar. Tout le monde sera contre toi. Tout le monde te détestera et fera en sorte que tu n'aies pas une seule seconde de répit, du stade de football jusqu'au laboratoire de chimie, on fera tout pour que tu pleures, pour te faire plier et t'écraser.

    Qu'il est bon de voir cette jouissive expression de peur sur ton visage. Sale faible. Va niquer ta mère. Qu'il est bon de te faire mal, cela me fait du bien, si tu savais à quel point ça me fait du bien de te faire mal. Calvaire. Je fais de ta vie un calvaire. Je fais de ce lycée ton abattoir. Sale moucheron. T'es qu'une merde et je t'écrase. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, je lis ta peur sur ton visage. Je ne met que très peu de temps à répondre à cette question qui tourne en boucle dans ta tête : "Qu'est-ce qu'il va m'arriver encore ?". Meurs. T'es un raté de toute façon, il n'y aura que ta mère pour pleurer ta mort. Et encore, ta mère, elle doit vraiment être conne pour avoir donné la vie à une vermine de ton espère qui n'est bon qu'à se faire humilier.

    Meurs, disparais, personne ne t'aime. Et ne compte pas sur le personnel du lycée. Eux non plus ne t'aiment pas. Tout le monde s'en fout. Eux aussi font partie de ton cauchemar. Bon à rien. Tu n'as pas le droit d'être heureux. Grâce à moi, tu rentreras du lycée en larmes, tu pleureras dans ton lit chaque soir et surtout, tu vas penser au suicide pour le plus grand bonheur du lycée, de ta ville et de la terre entière. Tu es de trop sur cette Terre, tu n'as pas le droit d'être heureux. Tu sais que tu dois rester fort, tu sais que l'âme de ceux qui se suicident vont en Enfer, mais je vais t'écraser tellement fort que tu finiras, la corde autour de cou je l'espère, par te demander comment l'Enfer peut être pire. Personne ne t'aime. Disparais. Meurs.

    Meurs. Sale vermine. Crève. Ordure. Bon à rien. Meurs. Connard. Fils de pute. Meurs. Enfant de dégénéré. Sale prolétaire. Piotte. Crève. Souffre. Disparais. Suicide-toi. Va te pendre. Crève. Ne dis rien. Incompétent de merde. Râclure. Pédale du lycée. Souffre-douleur de merde. Chair-à-viol. Tu es faible. Ton ADN est faible. Ta famille est faible. Ce lycée sera ta tombe.

    Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs.


    votre commentaire
  • (Inspiré par ERB et par EPB)

     

    AYA SHAMEIMARU
    Me battre contre une fille suicidaire...
    Passe à l'acte, ça t'évitera un torrent de larmes supplémentaire
    Ce n'est même pas un duel, c'est tellement simple de te faire mal
    Qu'il n'y a même pas de quoi en faire un article pour mon journal
    Je balance des tornades de balles et chacune d'entre elle est mortelle
    Je renvoie au niveau un tous les weeabos qui me convoquent en duel
    Tu tires une balle à la fois et en plus cela te draine de la vie
    J'espère que tu as une Spell Card en main sinon je vais mourir d'ennui
    J'ai les meilleures musiques, personne ne veut te connaître
    Alors que même le plus abruti des Japan-addict connaît Touhou Project
    Pauvre fille, harcelée à l'école et maltraitée par son propre frère
    Tu vois pas que tu te fais écraser, arrête de te laisser faire
    Mais rassure-toi je suis la Nana qui va te promettre une nouvelle vie
    Les corbeaux chantent pour toi, je suppose que ce duel est fini
    Devenir une Magical Girl ne te rendra pas plus mignonne
    Je vais te balayer tel un déchêt à coups d'attaque Cyclone !

    AYA ASAGIRI
    Je suis trop occupée à essayer de survivre aux coups de mon frère
    Et à ceux de trois pisseuses qui me font passer pour La Fille Des Enfers
    Je comprends pas pourquoi alors que je supposée sauver le Japon
    Je devrais perdre mon temps à donner à bouffer à un pigeon !
    Je suis tombée des centaines de fois, il va pas être dur ce duel
    C'est quoi ton plus grand exploit, tu veux que je te le rappelle ?
    Tu peux provoquer des cyclones, moi je peux téléporter les gens
    Tu as beau être rapide, tu es si prévisible que c'en est navrant.
    Tu ferais mieux de retourner sur ta montagne si tu veux mon avis
    Car mon rap va provoquer des cicatrices qui resteront toute ta vie
    Je sais que je semble faible et que j'ai tendance à me laisser faire
    Mais au moins je ruine pas la réputation des gens en jouant les reporters !
    Je sens déjà que le ton baisse, est-ce que mes rimes te blessent ?
    Tu manques vraiment de vitesse, regarde tout ce que tu encaisses
    Et voici ma ligne coup de grâce pour bien finir ce qu'il en reste :
    Ne sème pas trop le vent sinon je vais déclencher la Tempest...

    AYA SHAMEIMARU
    Pour une fille armée d'un pistolet, t'as pas la gâchette facile
    Tu es trop fragile ou alors t'as juste peur d'avoir l'air débile ?
    Et franchement j'ai pas de leçons de morale à recevoir d'une idiote
    Qui en plein cours met une fille à terre pour lui voler sa culotte !
    Je ne voudrais pas te Double Spoiler mais tu n'es qu'une poupée
    La femme qui t'a donné tes pouvoirs ne cherche qu'à te manipuler
    Tu as choisi la voie du pardon et franchement je ne suis pas déçue
    Mais j'ai fini avec toi Aya, tu peux dorénavant te tirer dessus !

    AYA ASAGIRI
    Tu as forcément un bon fond, alors pourquoi tu joues les racailles ?
    J'ai le sentiment que l'une de nous deux va terminer en volaille
    Le roi demande de l'énergie négative et j'ai trouvé ce qu'il lui faut
    Vu que même Reimu demande de l'argent pour supporter ton flow
    Si elle n'est pas apparue dans ce duel c'est que ce n'est pas un incident
    Je pourrais être méchante et te téléporter sous un train par accident
    Mais bon, réconcilions-nous et écrivons dans le Bunbunmaru dès à présent
    "Scoop insolite, Aya Shameimaru vient de se prendre un sacré vent..."


    votre commentaire
  • Frelon Khaos est mort, vive Frelon Khaos !

    Lien vers le blog : http://frelon-khaos.ek.la

    Des explications s'imposent. Si vous ne me connaissez que depuis récemment, vous n'avez certainement pas connu FRELON KHAOS, le vrai, celui qui fait peur. Il s'agissait d'un site à part entière, hébergé par OVH, réalisé avec le CMS WordPress, qui a tellement choqué l'opinion publique que plusieurs fois des âmes sensibles ont tenté de le pirater, en vain.

    Frelon Khaos, c'était le site dans lequel j'entreposais tout simplement mes textes après que Skyrock soit parti vendre son cul à l'industrie du capitalisme et d'une génération très majoritairement dégénérée (si vous êtes dans ma liste de suivis, c'est que vous n'êtes pas dégénérés à mon sens, hein).

    Frelon Khaos, c'est - devrais-je plutôt dire c'était - une très sombre période de ma vie, pour ne pas dire la pire. Ne vous attendez donc pas à des bons sentiments et à des messages d'amour et de douceur. En pénétrant dans ces archives, vous débarquerez en Enfer.

    L'Enfer, c'est d'abord la violence, le crime, la luxure, la douleur, l'incompréhension du monde dans lequel on vit. Ensuite, c'est le meurtre, la drogue, le viol, le sang et les flammes. C'est le résultat du gros raz-le-bol d'un Asperger vis-à-vis du monde dans lequel on vit et des incohérences de celui-ci. En d'autres termes, la Weltschmerz. Oui, j'utilise le mot Allemand parce qu'il n'y a pas de traduction dans une langue que je connais.

    Même si cette période n'est pas très loin derrière moi, je ne dois pas l'oublier et je ne dois pas la renier. Alors bien sûr, ces textes sont forcément moins bons que ceux que je pose dans la catégorie "Textes" de Frelon-K (vous êtes dessus en ce moment-même). L'expérience vient en pratiquant.

    Je conclurai cet article par un proverbe Japonais.

    "Regarde toujours dans la direction du Soleil Levant et tu ne verras jamais l'ombre derrière toi".


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique