• Ouais ouais. Ca fait des années que je te vois critiquer, les bras croisés, mais que tu ne fais rien de ta vie. Si tu veux mon avis, tu vas vite t'écraser et tomber de ta tour d'aigreur. Bloqué dans ta crise adolescente, je serais la cause de ta descente aux Enfers. Tu ne sauras plus quoi faire mais c'est ce qui arrivera si tu croises le fer.

    Mais va vomir ta haine du système sur ta page de frustrés. Pourri comme la gangrène tu rêves de faire un carnage mais t'as déjà un pied dans le précipice. Terminé à la pisse, ouais, mais remballe tes slogans anarchistes et ta colère amateuriste et laisse donc faire les professionnels.

    J'étais comme toi, ouais mec, à sec, mais j'ai tout reconstruit à partir de zéro, tout seul, comme un grand. Tu te poses en héros, tu n'es qu'un enfant, ferme un peu ta gueule. Va respirer et prendre l'air au lieu de pourrir dans ta misère, ça te sert à quoi de te donner un style, gros débile ? Vomis encore ta bile, tu gardes ta haine, je resterai moi-même.

    Je crache sur tous ces branleurs qui veulent prendre ma place. Je viendrai sonner leur heure, ils ne laisseront pas de trace. Toujours présent avec le pouvoir de la créativité, les minables se pousseront quand ils devront faire face à la dure vérité.

    Dans ce monde il n'y a pas de place pour les négativistes, alors vous changez de camp ou un jour ou l'autre vous y ramasserez vos dents. Ce ne sont pas mes assonances qui vous feront déchanter mais la Nature a des lois qui sont inviolables et qui se chargeront de vous pour moi.


    votre commentaire
  • Weltschmerz

     


    votre commentaire
  • J'étais tranquille j'étais peinard
    Devant des photos d'animaux mignons
    Le type a surgi sur Twitter
    A imposé ses opinions
    Il s'est approché de moi
    En voulant me prendre pour un con
    "Sale Mongolien, bon à rien, tu sers à rien"
    "J'vais te montrer qui est le plus fort
    Avent que tu m'aperçoives tu seras déjà mort
    Viens faire un tour en dm
    On va régler ton problème
    J'vais te mettre en soumission"
    Moi j'lui dis "Laisse béton"

    Il m'a dit "FDP", je lui ai dit "nique ta race"
    Il m'a dit "gros PD", je lui ai filé mon mot de passe


    votre commentaire
  • Ce soir j'ai trop de rage à extérioriser
    J'ai noirci bien des pages d'insultes et de colère
    Je ne sais pas jusqu'à quand je pourrai tenir bon
    Mais ne provoque pas le démon endormi en moi
    Je suis un volcan qui dort depuis trop longtemps
    Une bombe sociale prête à exploser à tout moment
    C'est toujours la même chose à longueur de temps
    Tout le temps le même refrain joué en boucle
    Le même cauchemar qui revient encore et encore
    Ne m'explique pas la vie je la connais très bien
    Trente ans à vivre la tête dans les nuages
    La boule au ventre et les pieds dans la merde
    Et je regarde le monde en train de tomber
    Pendant qu'on m'explique que je devrais travailler
    Que tous les prix augmentent et les taxes aussi
    Que la pègre te saute à la gorge dans la rue
    On m'a dit que je devrais travailler pour survivre
    Mais à aucun moment on m'a précisé que je devrais me battre
    Battez-vous tout seuls si vous voulez votre avenir
    Moi je vois très bien de quoi sera fait le notre
    Les drames humains se font de plus en plus nombreux
    Alors que les scénarios catastrophe se multiplient
    Et que les têtes soi-disant pensantes nient la vérité
    Et regarde-moi les peuples qu'ils dirigent
    Si faciles à manipuler et donc à influencer
    Comment tu veux que les choses avancent dans le bon sens
    Je sens la rage bouillonner à chaque retour de flamme
    Vivement que ca pète histoire qu'on se marre un peu
    Ca va nous changer des joutes verbales des réseaux sociaux
    Pas une journée sans histoires ou autre crise de nerfs
    A se manipuler et à se monter les uns contre les autres
    A casser les espoirs d'autrui pour conserver le notre
    La vie est une compétition et la terre un champ de bataille
    Et c'est l'argent qui fait office de munitions
    J'ai pas besoin de me demander si tout ceci va se terminer
    Qu'est-ce que vous attendez pour vous autodétruire
    J'ai les nerfs en feu et j'ai plus aucun espoir
    Plutôt mourir en paix que vivre dans la violence
    Alors au lieu de nous parler d'espoir et de futur chimérique
    Au lieu de tous faire semblant de nous aider
    Et nous faire attendre comme dans une chambre de torture
    Balancez vos bombes nucléaires et exterminez-nous tous
    N'épargnez personne et tuez-nous tous jusqu'au dernier
    En une seule fois...


    votre commentaire
  • 30

    30

    Je suis né avec un peu d'espoir
    Et j'ai grandi la rage aux dents
    Un peu de haine sociale pour bouffer
    Je vais pas non plus me laisser crever
    Et tant qu'à faire
    Un petit syndrome d'Asperger
    Une bénédiction adorée comme le cancer
    Le monde est rempli d'horreur
    Je connais ce refrain dix fois par coeur
    Alors j'voulais juste rendre le monde meilleur
    Mais y'a vraiment rien à faire
    J'me sens comme un ange en Enfer

    Y'avait toujours un gars
    Qui voulait caser les coeurs brisés
    Et y'avait toujours une nana
    Qui se tapait la moitié du lycée
    Y'avait un connard qui te crachait dessus
    Parce que tu jouais à Pokémon
    Et puis y'avait toujours un glandu
    Qui était précoce des hormones
    Et celui qui t'empêchait de travailler
    Ca finissait toujours en harcèlements
    Et en mots à l'encre rouge à faire signer aux parents
    Pour un oui ou pour un non
    Pour un blanc ou pour un noir
    Trop violents et surtout trop cons
    Pour la vie jusqu'à la mort
    T'avais qu'une seule envie c'était d'en finir
    Et dire qu'on était censés s'y construire un avenir

    La seule chose que j'ai apprise
    C'est qu'on ne peut faire confiance en personne
    Et après tout peut-être que c'est ça la vie
    Depuis j'ai trente ans et la haine dans le sang
    Maintenant je passe mon temps à tuer le temps

    J'ai fini dégoûté à force d'y croire
    Et j'ai jamais aimé les histoires
    Moi je préfère me noyer dans les jeux vidéos
    Comme certains aiment se noyer dans l'alcool
    Et refuser l'aide quand ils tombent au sol
    Je passe mon temps à me relever
    Les poings fébriles mais serrés
    Trop de choses à extérioriser
    Tel un volcan qui dort depuis trop longtemps
    Et propage la destruction au moment de son éruption
    Aussi pacifiste que le Mont Saint-Hélène
    Ma haine finira bien par exploser bien un jour
    Alors en attendant la parade des vautours
    Je prépare le requiem pour l'espèce humaine


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique