•  

    Retiens tes larmes
    Si jamais tu me vois écrire "Je suis déjà mort"
    Et si c'était à refaire, je le dis haut et fort
    Je noierai ce collège dans le sang et le napalm.

     

     


    votre commentaire
  • NEPTUNE vs REIMU HAKUREI : Rap Battle !

    (Heavily influenced by Epic Rap Battle of History and Epic Pixel Battle)

     

    Neptune belongs to Neptunia Franchise (Idea Factory)

    Reimu Hakurei belongs to Touhou Project (ZUN)

     

    I had fun writting that battle, so just enjoy everyone ^^

     

     

    NEPTUNE

    C'mon, fighting a weakling that is more boring than Arfoire?

    I'll Nep on your face and let me just tell, that's not a metaphor

    I have Vert played your games, she said this is nothing but cocaine

    Gather some lives and bombs cause you'll witness the power of the heroine

    I brought the JRPG gaming genre right up to a new Dimension

    You stole from DoDonPachi and just added some lolicon

    You're just another miko cosplaying other miko, I'm one of a kind

    I hope you have buffed your defense because I could rock you blind

    A full stock of punchlines is waiting to be released in my inventory

    When it comes to flipping up desperate situations, I'm an Idea Factory!

    I watched you solving incidents, all you do is some fairy-smashing

    Check the foes I'm facing day after day, now that's impressing!

    Maybe you could visit a Basilicom and pray for Histoire

    Tho I don't think she'll be Highly Responsive to Prayers

    Your whole crew would ragequit after a single Dragon Raid

    So step aside or you'll get a taste of my 32 bits mega-blade!

     

    REIMU HAKUREI

    You're playing in Lunatic Difficulty and you're about to get dissed

    Keep killing blue whales for experience and I'll call Greenpeace

    A gothic lolita grandma purple hag, you call that an enemy?

    You'll lose some teeth against Remilia, Yuyuko or Satori

    Weebs play your games because their skills are on the bottom

    Even in Easy mode they couldn't manage to beat Perfect Cherry Blossom

    You got a share crystal but can't manage to build a Mountain of Faith

    So I'll show you how a real protagonist deals with a so-called Goddess

    Your first game was an epic fail and owe everything to some boobs

    No need to wonder if Compile Heart used fan-service to brainwash noobs

    At least ZUN is a real artist and created a whole imaginary country

    He didn't need to steal this an that to get known in the Gamindustri

    How highly rated was your first game on Steam makes me depressed

    Cause it got more grindy than the first releases of Napalm Death

    Now step aside because you don't want to endure my wrath

    Stay sticked to Hyperdimension Neptunia or you'll need a ReBirth

     

    NEPTUNE

    Oh my how lewd, girl I think you need a harder gohai

    Just ask Google Picture who the two of us have the most hentai

    I got a hi-tech sword you got a gohai and you still want to play?

    You live in Illusion, I got a game called Reimu-Reimu-Reipu-Rei

    While you're asking for donations locked alone in your Shrine

    I got prayers all around the globe who laugh at my punchlines

    So why don't you visit Planeptune and pray for CPU Purple Heart

    Before I unleash my Limit Break all over your Touhou Project

     

    REIMU

    Bitch you wanna taste your own medicine? I'll blow you into pudding

    You chose your punchlines poorly cause you'll eat the conquest ending

    I smashed stronger youkai than your Killachine when I was five

    You couldn't even beat Cirno with a fulfilled gauge of EXE drive

    Your parodies couldn't compete against my well-written plots

    Check my gigantic game collection, how many spin-off you got?

    You just got lectured, don't even try to rely on your sister

    Or I'll toss all your funky crew to the Gamindustri Graveyard

     

     

     

    CHOOSE A WINNER !

     


    votre commentaire
  • Et pour oublier tu bois encore un verre
    Mais tu ne peux plus faire marche arrière
    Entre deux torrents de larmes
    Tu veux noyer le monde dans le napalm
    Tu étais intelligente pourtant
    Ton avenir aurait été brillant
    Tu aurais pu être une mathématicienne
    Une très grande astrophysicienne
    Mais tu as préféré choisir la haine
    Le dégoût total du monde moderne
    A trop vouloir jouer avec les ténèbres
    Tu as mis un pied au royaume funèbre
    La tête dans le brouillard, les mains au sol
    Pas moyen d'arrêter cette course folle
    Encore un autre shoot au paradis artificiel
    Dans tes rêves tu détruis terre et ciel
    Aveuglée par ton pouvoir inexistant
    Tu es la maitresse indomptable du néant
    Le boss de fin d'un jeu vidéo shônen
    La berzerker guidée par la haine
    L'apprentie magicienne devenue nécromancienne
    Maintenant que tu as noyé tes peines
    Le destin du monde t'appartient
    La terre entière est entre tes mains
    Et tu n'as jamais assez de pouvoir
    La drogue est devenue ta magie noire
    Toujours impossible de revenir sur Terre
    Tu ne comprends pas que tu fonces vers l'Enfer
    Il n'y en a pas beaucoup qui arrivent à s'échapper
    Et pour les filles comme toi, les portes sont fermées
    Peu importe ce que tu sais faire
    La drogue se moque de ton syndrome d'Asperger
    Je me rappelle encore d'une fille surdouée
    Qui avait tout pour percer et se faire respecter
    Tu connaissais Einstein, Fibonacci, Hawking
    Tu comprenais Tesla, Watt, Turing
    Mais c'est fini tout ça, tu as touché le fond
    Maintenant c'est la drogue et les cachetons
    Plus de famille, plus de potes, plus de fric
    Mais toujours plus de séjours en clinique
    Et dans tes rêves tu continues de détruire
    Voir le monde s'effondrer et le peuple souffrir
    Tu espères qu'ils obéiront au son de ta voix
    Qu'ils implorent ta pitié ou je ne sais quoi
    Alors qu'à l'horizon se dessinent des flammes
    Sur le sol, le sang de ceux à qui tu as fauché l'âme
    Une faux à la main, tu marches parmi les morts
    Mais en réalité, de qui décide-tu du sort?

    Personne pour te faire taire dans ta descente aux Enfers
    Mais le retour sur Terre risque d'être d'autant plus amer
    Parce que depuis le début tu as oublié un problème
    C'est que tu ne condamnes que toi-même.

     


    Ca n'a rien à voir mais je suis fier de ma connerie alors chut.


    votre commentaire
  • Tous les humains sont pareils, c'est-à-dire pas grand chose
    Et je suis comme les autres, à me noyer dans la névrose
    On vit dans un Enfer où nos semblables empoisonnent la Terre
    Et j'en ai marre de faire semblant de gueuler pour ne rien faire
    On n'est pas contents, on va tout casser et rester connectés
    Parce qu'après tout c'est beaucoup plus facile que de se révolter

    A coups de lignes écrites dans les flammes et dans le sang
    J'exorcise des démons pour oublier que le monde va vraiment mal
    Je libère mes instincts de haine et de survie, la rage aux dents
    Je reviens à l'état animal...

    A coups de verve revendicative
    Nous sommes la jeunesse négative !
    On crache des lignes incisives
    Nous sommes la jeunesse négative !

    Nous noyer dans l'alcool ne nous permettra pas d'oublier
    Que pas une minute ne passe sans un viols et autres joyeusetés
    Moi aussi je gueule contre chaque décisions des gouverneurs
    Qui font de nos terres un grand merdier où on vit dans la peur
    Contestataire jusqu'au bout des ongles mais rien à proposer
    Je sais pas comment nettoyer ce monde qu'on a tous fabriqué

    A coups de lignes écrites dans les flammes et dans le sang
    J'exorcise des démons pour oublier que le monde va vraiment mal
    Je libère mes instincts de haine et de survie, la rage aux dents
    Je reviens à l'état animal...

    A coups de verve revendicative
    Nous sommes la jeunesse négative !
    On crache des lignes incisives
    Nous sommes la jeunesse négative !

    Tous divisés pour remuer ciel et terre
    Tous unis autour de la même merde !
    La catharsis encrée dans notre chair
    Tous unis autour de la même merde !

    Te frotte pas à la jeunesse négative
    Te frotte pas à la jeunesse négative
    Te frotte pas à la jeunesse négative
    Te frotte pas à la jeunesse négative

    On crache des lignes incisives
    Nous sommes la jeunesse négative !
    A coups de verve revendicative
    Nous sommes la jeunesse négative !


    votre commentaire
  • Pouet. Un texte écrit en FreeStyle, en écoutant Mistress, le side-project des mecs de Anaal Nathrakh. La musique violente m'inspire, et j'avais le besoin d'exorciser un problème de société, le harcèlement scolaire, dont j'ai longtemps fait les frais. Au fait, j'ai écrit ce texte d'une manière assez différente et dérangeante, c'est-à-dire du point de vue du bourreau et pas de celui de la victime, et à la première personne du singulier. Et attention, j'ai écrit ce texte avec ma violence et ma haine d'antan, qui m'animaient alors que j'écrivais sous le pseudo de "Frelon Khaos".

    Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existé est purement volontaire.

     


    Vieux fanart de Terror qui n'a rien à voir.

     

     


     

     

    Tu n'as pas le droit d'être heureux. Tu n'as pas le droit d'avoir une vie normale. Aussi longtemps que j'existerai, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que ta vie soit un calvaire. Tu n'as pas le droit d'être tranquille. Je suis ton fléau. Je suis ton pire cauchemar, je suis celui qui va changer ta définition de l'école pour la vie. Parce que je ne t'aime pas.

    Parce que tu es inférieur, parce que je suis plus fort que toi et que les vermines de ton espèce, je ne les aime pas. Nous, les jeunes, nous sommes solidaires et tous unis nous allons gagner. Mais ce qu'on ne t'a pas dit, c'est qu'on ne se fait pas de cadeaux entre nous. Alors ferme ta gueule, ne dis rien à ta mère ni aux pions. Et va te faire violer.

    Je suis ton pire cauchemar. Aussi longtemps que j'existerai, tu n'auras pas le droit d'être heureux dans cette école et d'étudier correctement. Je te volerai ton portable, tu le retrouveras par terre l'écran brisé. Je me mettrai derrière toi pendant les cours pour t'attaquer au poinçon. Je tirerai ta chaise au moment où tu écriras tes cours juste pour que tu fasses des ratures. Je glisserai du poil à gratter sous ton haut, je sais que tu y es allergique, ça sera plus marrant. Qu'il est bon de te voir pleurer. Je te caillasserai jusqu'à ce que tes jambes ne puissent plus supporter ton poids. Et une fois que tu seras au sol, j'essuierais mes pieds plein de merde sur ta sale gueule. Je tartinerai ta chaise avec de la poudre de craie. Je dessinerai des bites sur ta table, et tant qu'à faire j'y dessinerai des croix gammées comme ça tu passeras pour un nazi et tout le monde te détestera. Tu n'auras bien plus qu'un seul cauchemar. Tout le monde sera contre toi. Tout le monde te détestera et fera en sorte que tu n'aies pas une seule seconde de répit, du stade de football jusqu'au laboratoire de chimie, on fera tout pour que tu pleures, pour te faire plier et t'écraser.

    Qu'il est bon de voir cette jouissive expression de peur sur ton visage. Sale faible. Va niquer ta mère. Qu'il est bon de te faire mal, cela me fait du bien, si tu savais à quel point ça me fait du bien de te faire mal. Calvaire. Je fais de ta vie un calvaire. Je fais de ce lycée ton abattoir. Sale moucheron. T'es qu'une merde et je t'écrase. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, je lis ta peur sur ton visage. Je ne met que très peu de temps à répondre à cette question qui tourne en boucle dans ta tête : "Qu'est-ce qu'il va m'arriver encore ?". Meurs. T'es un raté de toute façon, il n'y aura que ta mère pour pleurer ta mort. Et encore, ta mère, elle doit vraiment être conne pour avoir donné la vie à une vermine de ton espère qui n'est bon qu'à se faire humilier.

    Meurs, disparais, personne ne t'aime. Et ne compte pas sur le personnel du lycée. Eux non plus ne t'aiment pas. Tout le monde s'en fout. Eux aussi font partie de ton cauchemar. Bon à rien. Tu n'as pas le droit d'être heureux. Grâce à moi, tu rentreras du lycée en larmes, tu pleureras dans ton lit chaque soir et surtout, tu vas penser au suicide pour le plus grand bonheur du lycée, de ta ville et de la terre entière. Tu es de trop sur cette Terre, tu n'as pas le droit d'être heureux. Tu sais que tu dois rester fort, tu sais que l'âme de ceux qui se suicident vont en Enfer, mais je vais t'écraser tellement fort que tu finiras, la corde autour de cou je l'espère, par te demander comment l'Enfer peut être pire. Personne ne t'aime. Disparais. Meurs.

    Meurs. Sale vermine. Crève. Ordure. Bon à rien. Meurs. Connard. Fils de pute. Meurs. Enfant de dégénéré. Sale prolétaire. Piotte. Crève. Souffre. Disparais. Suicide-toi. Va te pendre. Crève. Ne dis rien. Incompétent de merde. Râclure. Pédale du lycée. Souffre-douleur de merde. Chair-à-viol. Tu es faible. Ton ADN est faible. Ta famille est faible. Ce lycée sera ta tombe.

    Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique