• Encore un article sur le harcèlement scolaire

    Ah, et avant de commencer il faut que je précise : j'ai tellement de rage enfouie au plus profond de moi que lorsque j'écris quelque chose, je suis obligé de retenir mes mots. Faute de quoi je peux devenir excessivement vulgaire et ultra-violent.

     



    Finalement, la seule chose que j'ai apprise durant mon parcours scolaire, c'est qu'il ne faut faire confiance à personne. Et attention, mes années collèges ont eu lieu bien avant la crise économique, alors croyez-moi qu'on n'a pas attendu l'arrivée de cette dernière pour se comporter de la pire des manières.

    N'importe quoi était prétexte au harcèlement. Pour ma part, je suis arrivé dans un collège en grande majorité composé d'une minorité ethnique. Je ne vais pas détailler davantage, sinon je vais passer pour un raciste. Mais croyez-moi, sortez de vos murs et de votre zone de confort. Je ne suis pas raciste, et pourtant, j'ai toutes les raisons de l'être. Eux faisaient la loi, moi je subissais. Ils me tabassaient, je résistais, je m'enquillais une heure de colle pour avoir fait le grave crime d'avoir chanté à tue-tête "Allons enfants de la Patrie, le-". Et le cercle recommençait. Les adultes n'étaient pas payés pour faire régner le règlement.

    Tout ça pour dire que j'ai failli dire "Allez tous vous faire foutre" une fois de plus. Mais le mot "tous" est en trop. Je n'étais pas seul face à cette bande de chiens, et encore heureux, sinon j'aurais été plus radical dans mes manières de faire mes tentatives de suicide.

    A l'heure où presque tout le monde parlait de musique Rap, de Clara Morgane et de vodka polonaise, moi j'étais en mode "bonjour" avec Pokémon, Final Fantasy, et les jeux vidéo en général. Vous voyez où je voulais en venir ? C'était facile, on m'appelait "SAF" pour "Sans Amis Fixe", ou alors on écrivait à la mine du compas "TPA - T'AS PAS D'AMIS" en gros sur ma table.

    J'ai une revanche à prendre. Je n'ai pas passé l'éponge. J'aurais aimé faire un comparatif sur "moi avec harcèlement scolaire VS moi sans harcèlement scolaire", mais il y a sans doute plein de choses dont je ne m'aperçois même plus tellement elles sont devenues banales à mes yeux. Par exemple, je met énormément de temps à accorder ma confiance. Je fais régulièrement des cauchemars, d'ailleurs j'en ai refait un la nuit dernière. Et vous savez quoi ? Aujourd'hui je suis sur ma lancée pour fabriquer des jeux vidéos et, qui sait, une entreprise. Le chemin est long, mais je compte bien me venger de tous ces imbéciles. Une quinzaine d'année a passé, mais ma rage destructrice est toujours là.

    Donc à tous ceux qui disent que l'éducation est une chance et que l'école devrait être obligatoire à tous les enfants, à tous ceux qui disent que le lycée c'est plein d'histoires d'amour entre adolescents et de fêtes sauvages... Vous avez vraiment besoin d'apprendre à relativiser tout ça.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter