• Frelon Khaos est mort, vive Frelon Khaos !

    Frelon Khaos est mort, vive Frelon Khaos !

    Lien vers le blog : http://frelon-khaos.ek.la

    Des explications s'imposent. Si vous ne me connaissez que depuis récemment, vous n'avez certainement pas connu FRELON KHAOS, le vrai, celui qui fait peur. Il s'agissait d'un site à part entière, hébergé par OVH, réalisé avec le CMS WordPress, qui a tellement choqué l'opinion publique que plusieurs fois des âmes sensibles ont tenté de le pirater, en vain.

    Frelon Khaos, c'était le site dans lequel j'entreposais tout simplement mes textes après que Skyrock soit parti vendre son cul à l'industrie du capitalisme et d'une génération très majoritairement dégénérée (si vous êtes dans ma liste de suivis, c'est que vous n'êtes pas dégénérés à mon sens, hein).

    Frelon Khaos, c'est - devrais-je plutôt dire c'était - une très sombre période de ma vie, pour ne pas dire la pire. Ne vous attendez donc pas à des bons sentiments et à des messages d'amour et de douceur. En pénétrant dans ces archives, vous débarquerez en Enfer.

    L'Enfer, c'est d'abord la violence, le crime, la luxure, la douleur, l'incompréhension du monde dans lequel on vit. Ensuite, c'est le meurtre, la drogue, le viol, le sang et les flammes. C'est le résultat du gros raz-le-bol d'un Asperger vis-à-vis du monde dans lequel on vit et des incohérences de celui-ci. En d'autres termes, la Weltschmerz. Oui, j'utilise le mot Allemand parce qu'il n'y a pas de traduction dans une langue que je connais.

    Même si cette période n'est pas très loin derrière moi, je ne dois pas l'oublier et je ne dois pas la renier. Alors bien sûr, ces textes sont forcément moins bons que ceux que je pose dans la catégorie "Textes" de Frelon-K (vous êtes dessus en ce moment-même). L'expérience vient en pratiquant.

    Je conclurai cet article par un proverbe Japonais.

    "Regarde toujours dans la direction du Soleil Levant et tu ne verras jamais l'ombre derrière toi".


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter