• Hostile

    Hostile parce que toujours pourchassé. Parfois je crache du venin comme du calcin pilé sous tes pieds en espérant t'écorcher, parfois je ravale ces morceaux de verre dans ma gorge écorchée. Mes instincts sauvages n'attendent que la provocation de trop pour enfin briser les chaînes de l'animal enragé endormi en moi. Ne m'approche pas, je me sens pas bien, ne m'emmerde pas ou je risque de faire mal. Vermine. Pourquoi le monde est fait de vermines. Je viens de te dire que je suis endormi, je me tiens tranquille là tu vois, mais en fait je suis diverti par je ne sais quelle magie enchanteresse. Ca me permet de penser à autre chose. Sache juste que sans cette magie enchanteresse je respire la douceur et la tranquillité d'un volcan qui sommeille. Et je commence à claquer des dents mais vraiment beaucoup. En surface je n'ai que des mots gentils et des fleurs à t'offrir, au fond de moi je manigance déjà des plans pour faire de ta vie un Enfer sans me faire prendre.

    Hostile et tant que je le suis tu as intérêt à me laisser tranquille. J'ai les crocs et la détermination pour étriper les sous-humains riches matériellement mais pauvres émotionnellement. En fait, je n'ai même pas à être gentil, pourquoi je m'emmerde encore avec tout ça. Regarde-moi tous ces gens dans la rues, à force de trainer avec la racaille des chaînes infos et à noyer leur temps libre sur les réseaux sociaux, les voilà réduits à l'état de zombies. En plus, ils ont la même intelligence et la même vivacité d'esprit. J'ai simplement envie de les matraquer avec une masse cloutée. Et de sortir je ne sais quel couteau de boucher et de les dépécer tout crus pour savoir ce qu'ils ont réellement derrière la chair, si ce n'est du sang putride, de la pisse insipide, du vomi nauséabond et des convictions cancéreuses. Ils me redouteraient comme la peste si je décidais d'agir pour la justice et pas pour le bien du plus grand nombre, surtout quand le plus grand nombre est majoritairement composé de chair à embrocher.

    Hostile



    J'ai la hargne, j'ai la haine, dégagez le passage, ne m'obligez pas à me répéter et ne me forcez pas la main lorsque vous me voyez les dents sérrés et les poings fermés. Je ne suis pas un gentil garçon. Je ne suis pas l'adorable héros dont toutes les filles tombent amoureuses dans les shojo génériques. Je suis plutôt ce type silencieux qui se tient en retrait et qui est capable de tuer lorsqu'on le titille de trop près. Gentil par intérêt. Beh ouais, parce que des abrutis qui sont de ton côté c'est moins encombrant que des abrutis qui se mettent en travers de ton chemin.

    Hostile parce que je dérange. Hostile parce que j'ai l'esprit dérangé. Mais ne t'en fais pas. Je ne suis pas sur le point de devenir fou. Tu sais, un fou, ça ne donne pas de noms aux actes. Ils prennent une arme à feu et ils tirent. Ils ne s'emmerdent pas à écrire des textes comme moi je le fais. Je dégueule ma violence mentale pour exorciser cette merde. Toute la journée harcelé par des pensées malsaines et des visions morbides. Je suis seul, tellement seul, seul parmi sept milliards d'êtres humains à aimer ou à détester, seul dans un monde composé de centaines de langues différentes à apprendre et à maitrîser. Je suis tellement seul parmi la foule, le pouvoir absolu dans la main et la folie autant créatrice que destructrice. Ne me regarde pas comme ça lorsque j'esquisse un sourire assassin. Je suis une bombe sociale, tu peux éteindre la mèche ou tu peux mettre le feu et profiter du spectacle. Tu as le choix.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter