• J'ai supprimé mon compte Facebook

    Voici le message que j'ai posté sur ma timeline avant d'avoir désactivé mon compte. C'est un peu compliqué de supprimer littéralement son compte, alors pour le moment, je me contente d'une simple désactivation.

     


     

     

    Je vais être direct avec ceux qui lisent ce message. Facebook, c'est de la merde. Je n'ai jamais demandé à être inscrit sur ce site. La seule raison pour laquelle je me suis inscrit sur ce site de merde est l'espoir d'être contacté pour un travail ou une formation. Maintenant que c'est fait, je n'ai plus besoin d'être ici.

    J'en ai marre de tous ces gens et j'en ai marre de perdre mon temps. J'ai fait le ménage dans ma timeline pour y supprimer tout ce qu'il est possible d'y supprimer. Alors, évidemment, pour les photos, cela va être un peu compliqué. Dans le fond, à quoi sert Facebook, quel service cela offre-t'il aux Internautes, mis à part donner l'envie à Monsieur Stupide de faire le buzz et d'avoir son petit quart d'heure de gloire ?

    Alors là vous allez me dire, oui mais parfois on retrouve des contacts perdus de vue et parfois on résoud des problèmes avec Facebook. Deux ou trois fois par an, on a droit à des faits divers de ce genre-là : "Une mère retrouve sa fille perdue grâce à Facebook" pour nous convaincre que c'est utile. C'est pas beaucoup, comparé au taux de débilités ahurissant qui éjacule de la boucle des abrutis qui peuplent cette plate-forme qui nous maintient connectée à notre vie.

    Parce que avouons-le, posséder un compte sur Facebook est devenu aussi vital que de respirer. Facebook, c'est la vie. Facebook, c'est Dieu. Et même plus que ça. Et Dieu, c'est une entité qui explique à tout le monde comment doit tourner le monde et comment doivent fonctionner les choses. Désolé, mais je ne suis pas certain d'avoir envie de donner ce pouvoir aux gamins de quatorze ans qui se prennent pour des donneurs de leçons avec des posts de deux lignes et de quatorze fautes. Ni aux chefs d'entreprises qui utilisent le réseau social pour surveiller leurs employés et dresser un portrait-robot des futurs candidats. Ni au vieux porc paysan fachiste perdu dans sa bourgade pourrie du Massif Central. Ni à n'importe qui d'autre, bon ou mauvais, gentil ou méchant, loyal ou chaotique.

    Ce n'est pas à vous d'expliquer, à moi ou aux autres, comment doit fonctionner le monde. Avoir des convictions et des opinions c'est bien, mais il est beaucoup plus rentable de ne rien dire et les mettre en application plutôt que de prêcher les profils qui sont sur votre liste d'amis.

    Je reste convaincu que Facebook a tué le monde. Quand j'étais au lycée, ce site n'existait pas et on ne parlait pas encore de réseau social. Quand j'étais au lycée, la notion de "responsive design" était encore un rêve. Je viens de la génération 90. Pour les devoirs et tout, on parlait principalement avec MSN. Il y avait pas mal de problèmes déjà dans ma génération, vu que les jeunes se calquaient sur la société. Et la société en question, elle nous expliquait que pour ne pas être un raté, il fallait, par exemple, se dépuceler le plus rapidement possible.

    Le rapport avec Facebook ? C'est simple. Aujourd'hui, Facebook représente, je ne dirais pas 100% de la société mais une très grosse partie de celle-ci. Ah, et petite précision avant que l'on ne se fâche : la société dont je parle, ce n'est pas le gouvernement contrairement à ce que la bobocratie peuvent le croire, mais des gens comme vous et moi. C'est vous et moi qui dictons les règles de vie aux jeunes tout comme à vos enfants. Et Facebook est un sité qui repose sur sa communauté. La communauté, ce sont des gens comme vous et moi.

    Il m'arrive de parler à des gens bien plus jeunes que moi. Je constate que dès que l'un d'entre eux n'est pas sur Facebook, il est mis de côté. Le problème qui était "pas bien grave" dans la génération 90 est devenu dramatique dans la génération 2000. D'abord parce que le harcèlement scolaire à pris une ampleur beaucoup plus importante - aujourd'hui, le harcèlement scolaire se fait h24 (Et encore, heureusement qu'on est en France, allez voir au Japon à quoi ça ressemble, le harcèlement scolaire). Et ce n'est pas la faute des harceleurs mais de la notre.

    Et oui, parce que ce sont des gens comme vous et moi qui dictons les règles aux jeunes, qu'ils soient débiles ou intelligents, qu'ils soient calmes oui violents. Si déjà on commence à leur faire comprendre de manière subliminale que Facebook fait partie de notre vie, comment vous voulez que ça fonctionne ? Je refuse de participer. D'abord parce que consulter mon fil d'actualité Facebook est le meilleur moyen de me taper sur les nerfs, en plus de me faire perdre mon temps. Ensuite parce que je n'ai jamais demandé à être inscrit sur Facebook. On m'y a un peu forcé, de moi-même je ne l'aurais jamais fait.

    J'ai presque tout effacé. J'ai perdu des heures, des journées entières et des mois à regarder des publicités et des gens qui nous expliquent comment doit tourner le monde. C'est fatiguant. Je suis fatigué de voir Facebook raccourcir mon temps de vie. J'ai dit un peu plus haut qu'il était plus rentable d'appliquer ses convictions plutôt que de prêcher des gens qui lisent, likent, partagent et oublient. J'applique mes convictions.

    Je ne me souviens plus de la méthode exacte pour totalement supprimer un compte, alors tant pis, je vais me contacter de le désactiver.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :