• Je suis un éternel révolté

    Vous savez quoi ? Ces derniers mois, je me suis endormi la tête à grands coups de Nintendo Switch et de PS4. Cela me rendait heureux, mais cela m'endormait également la tête. Mais je suis originaire de la scène Punk, j'ai pas vécu que des moments tout roses et, même s'il m'arrive de me plonger dans les jeux vidéos pour m'amuser, dès que je refais surface et que j'arrête de perdre mon temps sur ces conneries, je retrouve ma véritable identité, ce que je suis réellement. C'est-à-dire un éternel révolté.

     

    C'était moi en 2015
    C'était moi en 2015.

     

    Mère Nature, pourrais-tu faire ton travail, tu as accumulé beaucoup trop de retard, tu te fais piétiner, fais ton travail, montre-nous qui est le maître de l'univers ici, on n'en peut plus de toute cette connerie humaine. On n'en peut plus de toute cette violence, on n'en peut plus de nos confrères, on n'en peut plus de se faire écraser, piétiner et humilier par des représentants de notre propre espèce.

    On se bat pour démontrer que nos testicules ont une meilleure couleur que celle de nos confrères, on écrase les ouvriers pour de l'argent, on écrase des pauvres que l'on ne connaît pas, on leur soutire de l'eau et de la nourriture, non pas pour boire et pour manger, mais pour décorer notre vie, même si cela implique que nos semblables auront une durée de vie limitée.

    On écrase la Nature, on pense lui être supérieur mais la Nature se moque de nous, n'aies-je pas raison ? Je le vois bien, la Terre pourra très bien continuer de tourner sans nous.

     

    Au diable les plantes,
    Au diables les forêts.
    Au diable les arbres et les animaux,
    Au diable les montagnes et les eaux.

    Place à l'ère du dieu cybernétique;
    Place à l'informatique et à la robotique.
    Place aux désirs et à la luxure,
    Place aux voitures et aux tortures.

     

    idling to rule the gods
    Idling to Rule the Gods.
    Je crois que ce jeu essaie de m'envoyer un message.

     

    Et c'est tout ce qu'il y aura à retenir. Nous ne serons finalement pas à l'image d'un Dieu qu'on a inventé, mais les déchets d'un monde qu'on a tous fabriqué. Et cela ne sera plus la peine de réfléchir. La Sélection Naturelle aura le dessus sur nos paradis artificiels.

    Fataliste par la simple force des choses. J'en ai marre de courir. J'en ai marre de toujours courir pour ne rien obtenir, toujours courir derrière des avenirs qui vont devenir quoi qu'il advienne de pire en pire. Toujours courir derrière des empires qui font que tout empire. J'en ai marre de perdre mon temps, j'en ai marre de tous ces gens.

    Parfois j'ai envie de protester, j'ai envie de crier que le monde va mal, sans même savoir si cela va changer quelque chose dans l'univers. Est-ce que tu y crois, toi, à l'Effet Papillon ? Je ne crois pas aux contes de fées : un garçon s'élève des bidonvilles et va révolutionner le monde. Non, sans déconner. Un garçon s'élève des bidonvilles, va partir pêcher du poisson et vendre sa bouffe au prix de trois pièces de cuivre pour les riches au gros bide.

    Je suis fatigué de voir le monde dégénérer, je suis fatigué de voir le sang couler, et le sang couler, et le sang coulé. Non je n'ai pas fait de fautes de conjugaison monsieur le grammar nazi qui lit mon article. Du pétrole. De l'argent. Des jeux. De la bouffe. De l'eau. Tout le monde voudrait refaire le monde mais tout le monde souhaite le conquérir. Protester c'est bien beau, mais qui nous dit qu'on ne va pas se laisser emporter dans la spirale de la corruption si c'était nous qui avions le pouvoir ? Le pouvoir total corrompt totalement.

    Finalement peut-être que c'est mieux ainsi, finalement peut-être que tout cela n'a pas vraiment d'importance, que ce n'est qu'un segment de plus de ce qu'on baptisait une crise d'adolescence, peut-être qu'au bout du compte on entrera dans la danse.

    Ou peut-être qu'on en aura raz-le-bol avant et qu'on finira par faire la révolution. Tout casser pour tout reconstruire. Et repartir de zéro, puisque c'est à ça que ça sert, les révolutions. J'en ai marre. J'en ai marre de critiquer un système alors que je suis obligé d'en profiter pour subvenir à mes besoins. J'en ai marre de ce système qui ne marche pas alors que j'en suis l'un des rouages principaux. J'en ai marre de nos dirigeants qui prennent des décisions à la con parce qu'à chaque fois c'est nous qui payons l'addition.

     

     

    Un jour la vie sera trop chère.

    Et lorsque ce jour arrivera,
    Il nous faudra encore couper des têtes
    Et brûler des drapeaux.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter