• Tu penses que tu fais partie de l'élite de la société mais t'es juste un boulon préfabriqué par le système que tu dis détester. Tu te prends pour un monstre sans pitié ? En réalité tu as déjà un pied dans le fossé. Tu te prends pour un dragon sanguinaire ? T'es qu'un moucheron qui passe son temps à avaler et à vomir de la merde. Tu crois que tu t'y connais en Rap ? Alors écris-moi un bon flow pour voir. Parce que si la seule chose que tu sais dire c'est "allez tous vous faire foutre wesh" et qu'en plus tu es incapable de distinguer un infinitif d'un participe passé, je peux te garantir que même là-dessus je te surpasse.

     

    Des larves de mouche sur ta tombe



    Tu veux jouer les rebelles mais tu ne connais pas l'histoire du monde. T'es un raté qui fabrique sa vie sur des frustrations et des échecs. Tu t'es mis à la politique parce que tu es blasé. Blasé de quoi, on se le demande. Tout le monde sait qu'aujourd'hui être rebelle c'est s'habiller de manière originale et se prétendre différent parce que c'est cool. Dis-moi, et si Fauve n'avait pas lancé cette mode ? Putain, quel abruti tu fais. Etre différent ce n'est pas quelque chose de drôle.

    Les abrutis qui nous gouvernent, ils se font de l'argent sur nos problèmes. C'est quand même la base de savoir ceci, et toi tu ne le sais même pas. Au contraire, bien loin de leur faire de l'ombre, tu les encourages. Tu acceptes tout ce qu'ils te donnent, tu les laisses t'inculquer les valeurs honteuses qu'ils t'enseignent. Et le pire dans l'histoire, c'est que tu ne sais probablement même pas de quoi je parle.

    Tu me fatigues et les connards dans ton genre me dégoûtent. C'est principalement à cause de gens comme toi que le monde ne tourne pas rond, et ce sont précisément les gens comme toi qui me débectent et me donnent envie de vomir. Si encore vous restiez dans votre monde, comme des excréments sous cloche insonorisée, cela serait moindre mal. Les gens qui ont plus de neurones dans leur cerveau et les autres pourraient ainsi vivre plus décemment.

    Mais c'est loin d'être le cas. Vous faites chier tout le monde. Vous prêchez la tolérance mais vous saccagez tout ce qui ne va pas dans votre sens. Vous prêchez le respect, mais vous oubliez que le respect c'est mieux quand ça marche dans les deux sens. Vous harcelez, vous détruisez, et après vous osez dire que l'avenir et à vous et que vous êtes notre futur, que vous êtes le renouveau, la révolution.

    Mais regardez-vous putain. Vous pensez être intelligents, mais vous êtes incapables d'épeler un simple mot. Vous pensez être ouverts d'esprits ? Abrutis, l'ouverture d'esprit, ça commence par accepter la critique et ne pas se mettre dans tous ses états lorsque vos parents - ou qui que ce soit d'autre - vous font des remarques.

    C'est ça notre futur ? C'est à vous qu'on donne du travail et de l'argent et pas à moi ? Et en plus, c'est moi qui doit passer six ans au chômage ? Non, sans déconner. Si c'est comme ça, donnez-moi une arme. Je vous jure. Si un jour on m'informe que je suis atteint d'une maladie neuro-psycho-cogni-machintruc et que je n'ai plus que douze jours à vivre et qu'il n'y a pas moyen d'inverser le processus, vous savez ce que je ferai ? Je me procurerai une arme à feu et je ferai le ménage.

    Je déteste les filles superficielles qui font rimer bonheur avec notification Facebook. Je déteste les mecs qui nous expliquent la vie et arrivent à faire quatorze fautes dans un post de deux lignes. Je déteste les patrons qui nous expliquent comment doit tourner le monde. Je déteste les politiciens qui se font de l'argent sur nos problèmes. Je déteste les racailles qui emmerdent le monde parce qu'ils ne savent pas quoi faire de leur vie. Vous êtes dégoûtants. Vous êtes du vomi. Le niveau zéro de la vie sur terre. Rentrez chez vous.

     

    Des larves de mouche sur ta tombe



    Tu es faible. L'ADN qui circule dans ton sang, c'est la définition même de la faiblesse. Des centaines de fois, des vermines de ton espèce ont essayé de me faire taire. Je me suis relevé. J'ai construit des choses. Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait moi-même. Personne ne m'a aidé. Mon chemin, je l'ai tracé. Mon mode de vie, je l'ai créé. Toi ? Tu as tout copié. Tu es incapable d'imaginer. Tu n'as rien créé. Tu n'as pas à exister. T'as pas le niveau de me clasher. T'es qu'un moucheron et je t'écrase.


    votre commentaire
  • ...Et rien n'a changé. C'est toujours pareil.

     

     

    Ne pose pas de questions. Regarde, partage, rewteete et oublie. Reste chez toi. Reste connecté. Travaille. Achète une voiture. Envoie tes enfants à l'école. Laisse-toi submerger par des problèmes qui n'en sont pas et achète les solutions. Ne dis rien. Tu n'es pas libre.

     

     

     

     

    Bientôt 2018...

    Je veux hurler mais seul le silence résonne
    Et pourtant les maux sont là qui détonnent
    Il y a quelque chose qui déconne.

     

    (photo retouchée par strangecheshire)

     


    votre commentaire
  • C'était déjà le cas lors de mes années lycée qui datent d'il y a dix ans. Lorsqu'un élève se montre plus intelligent que les autres et qu'il décide de refuser ce que le système (c'est-à-dire des gens comme vous et moi) lui donne bêtement, il n'est plus comme tout le monde. On vit dans un monde où tout le monde doit être pareil, et ceux qui sont différents sont forcément des produits défectueux, donc à jeter. Ceux qui acceptent ce fait ont pour mission de malmener ce qui ne rentrent pas dans le moule. Dans les cas les moins graves, ils les harcèlent sans relâche, et dans les pires scenarios, ils les poussent au suicide.

     


    C'est un bordel mental...



    Ca m'énerve, c'est le bordel dans ma tête. Voilà, vous voyez, j'ai commencé à rédiger le paragraphe un peu plus haut et j'étais parti pour rédiger un long article, le problème c'est que maintenant je ne trouve pas de suite. Ah, et puisqu'on parle d'anticonformisme. Un mot. Si vous êtes suffisamment intelligents et que vous réfléchissez bien, vous savez très bien que l'anticonformisme est un paradoxe. Tenez, pour ma part, j'adorais écouter du True Metal (entendez par là : Black, Death, Thrash)... Et puis le temps a passé. Non seulement cette musique-là tourne méchamment en rond, mais en plus la communauté devient un gros ramassis de bobos. Où je veux en venir ? C'est bien simple. Ils se disent anti-conformistes, mais ils n'acceptent pas la différence. Quand tu vois la masse de Metalleux pour qui Emo rime avec Homo et pour qui Homo rime avec Anormal... Paye ta crédibilité.

    Tenez, si je n'étais pas aussi méconnu, je pourrais vous certifier que ce que je vais dire dans ce paragraphe va faire grincer des dents. Mais voilà. Aujourd'hui, le Metal, ça ne fait plus peur à personne. A part aux filles superficielles et aux catholiques. On n'en écoute plus pour choquer l'opinion publique, on en écoute parce que l'on aime ça. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, beaucoup de gens écoutent du Metal pour dire qu'ils en écoutent (on les appelle les "trends", dans notre jargon). Et le taux de trenderie dans le Metal est tellement élevé qu'aujourd'hui, si une personne vous dit qu'elle est fan de Nana Kitade, vous pouvez être certains à 95% de chances qu'elle sera moins endoctrinée qu'une personne qui vous dit qu'elle est fan de Darkthrone. Merde, j'en reviens pas qu'un jour je dirai ça.

    Endoctriner les masses, c'est le rôle des élus. Nous, on n'a presque pas le droit de réfléchir. Le Metal est une belle métaphore de l'anarchie. On a voulu casser les règles et le système, mais en réalité, on a recréé le système de manière déguisée. Il y a les Trues qui nous expliquent comment on doit être et comment doit être le Metal pour qu'on puisse faire partie de l'Elite. Et il y a plein de perroquets derrière eux. Voilà, j'écoute pas de Black, de Death ni de Thrash aujourd'hui (enfin, si, mais à degré moindre). J'écoute plutôt du Hardcore et du Punk parce que cela me parle davantage. Ce n'est pas le Metal tels que les Trues l'entendent. Mais c'est ce qui me parle. On écoute ce que l'on aime et fuck le reste.


    Vers le Sud



    Pour revenir sur ce que je disais au début de cet article, j'encourage les élèves anticonformistes à faire ce qu'ils veulent et surtout à ne pas faire attention à l'opinion générale. Même si, par "générale", il faudrait plutôt entendre "l'opinion que le système, c'est-à-dire des gens comme vous et moi, avons inculqué aux bobos qui ont la douce illusion de croire qu'ils peuvent penser par eux-mêmes alors qu'ils ne font radoter que ce qu'on leur donne". Bon, évidemment, je sais qu'au lycée, ce n'est pas évident, surtout que nous vivons à l'ère du facebookolithique. C'est vous qui avez un pouvoir et pas vos harceleurs. C'est vous qui avez le courage d'être différent des autres et pas eux. Eux, ils se disent forts, mais ce ne sont que des produits préfabriqués de la bobocratie. Restez comme vous êtes.

    Oui je sais, cet article est déstructuré et désorganisé, mais cela conclut le premier billet d'humeur.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique