• Le bonheur peut être une alternative

    Hello tout le monde !
    Voilà, aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un sujet qui semble bateau et naïf mais d'une manière qui me semble plus instructive et plus intéressante. Je voudrais vous parler du bonheur. Mais du vrai bonheur, et de ma façon de le voir qui est forcément alternative vu que je me considère comme un garçon alternatif. Vous êtes prêts ? Allez, je ne fais pas plus tarder cette introduction et je commence.

    La société nous vend une idée du bonheur qui ne peut pas correspondre à tout le monde et qui d'ailleurs, je le dis haut et fort, ne correspond pas à tout le monde. Qu'on se le dise, le bonheur est la base même de pourquoi l'on vit, et si on ne l'accepte pas, on n'a aucune raison de vivre. Ca, c'est pour la base. Le problème, c'est que tout autour de moi, j'entends et je lis des visions du bonheur que j'oserai qualifier de superficielles. Mais si cela peut plaire aux gens qui sont trop abrutis pour se servir de leur cerveau, pourquoi pas, si cela peut les rendre heureux.

     

    Le bonheur peut être une alternative
    Admire-moi ce bordel.



    Je ferai volontairement l'impasse sur les gens qui ne savent pas quoi faire de leur vie et s'amusent à détruire le bonheur des autres sous prétexte qu'ils ne se trouvent pas eux-mêmes. Je voudrais plutôt parler des gens dépressifs, et de manière adulte je vous prie. Que ces gens jouent un rôle (idiot) ou soient vraiment dépressifs (et là, ce n'est pas drôle), je me suis laissé dire que peut-être ils étaient différents de la norme et en tant que tel, ils refusent les idées et les modèles préconçus du bonheur que la société veut bien nous imposer. C'est, en d'autres termes, une façon de protester, même si je trouve que ce n'est pas la meilleure. Mais ce que je dis s'adresse plutôt à ceux qui jouent un rôle qu'à ceux qui sont réellement atteint de la dépression qui est une maladie mentale et là c'est un tout autre débat.

    Voici quelques idées préconçues du bonheur que la société veut bien nous imposer.

    • Danser - Bronzer - Draguer.
    • Recevoir vingt notifications par jour sur Facebook.
    • Conduire dans une belle voiture.
    • Vivre dans une grosse maison.
    • Posséder beaucoup d'argent...
    • ...Et le dépenser dans des choses qui ne nous serviront qu'une seule fois.
    • Donner la vie à des enfants.
    • Toujours avoir sa tablette à la main.




    Et là je vous attends. Est-ce que ça, ça vous rend "vraiment" heureux ? Est-ce que lorsque vous étiez gamins, tout cela était la vision que vous aviez du bonheur ? Quand vous étiez gamins, il est fort probable que le simple fait de jouer aux billes vous rendait heureux, ou même le fait de jouer à cache-cache. Bon, évidemment, n'allez pas faire ça aujourd'hui, ce n'est probablement plus de votre âge, mais ça, c'était réellement une façon d'être heureux.

    Ce que je veux dire, c'est que la société refuse de comprendre qu'il y a d'autres façons d'être heureux. Énormément d'autres façons. Je ne les connais pas toutes, d'ailleurs personne ne peut toutes les connaître, vu que nous avons tous des compétences différentes, des qualités et des défauts, des forces et des faiblesses. Ce que je veux dire, c'est que le bonheur n'est pas forcément ce qu'on veut vous le faire croire à la télévision. Je ne dis pas qu'il faut se révolter contre la société en général (enfin, un peu quand même), mais que chacun peut décider d'être heureux à sa façon, même si elle ne correspond pas aux modes.

     

    Le bonheur peut être une alternative
    Ma plante grimpante, elle adore les mangas.



    Par exemple, je trouve mon bonheur principalement dans la création, parce que je suis avant tout un artiste. Je ne vous cache pas que j'ai les compétences pour être un scientifique ou un h4ck3r d'e1337, j'aurais très bien pu choisir ces voies-là, mais ce n'est pas ce qui me rend heureux. Oui, j'ai essayé. J'avais réussi à me connecter, il y a des années, à la clé WEP des voisins à l'aide d'une certaine distribution de Linux (les vrais savent de quelle distribution je parle). Je dessine. Je compose. J'écris. Parfois je m'éparpille, mais souvent j'estime que c'est mon rôle dans ce monde.

    Si les idées préconçues vous suffisent... Tant mieux pour vous, au moins vous n'avez pas besoin de chercher bien loin. dans le cas contraire, faites quelque chose et trouvez votre voie, parce que jouer le rôle du dépressif n'est pas une solution. Refuser le bonheur préconçu n'est que la première étape, fabriquer un bonheur alternatif c'est la deuxième.



    En train d'écouter : Napalm Death - Order of the Leech.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter