• Mangas

    Ohayou gosaimasu et autres trucs de weeb. A l'heure où je rédige ceci, je n'ai pas une culture Manga très évoluée, donc je ne connais pas encore tous les clichés propres aux mangas comme je connais les clichés du genre de jeux vidéo RPG. Donc, si je dis des profanités, n'hésitez pas à me corriger. Je parlerai donc des mangas que j'ai lu et j'essaierai de dire ce que j'en ai pensé, avec ma culture qui ne demande qu'à évoluer.

    Cette rubrique est vierge de spoilers, alors s'il vous plaît, ne spoilez rien dans les commentaires !

  • Magical Girl Site (Kentarō Satō)

    Mangaka : Kentarō Satō
    Editions Akata.
    Genre : Société, Science-Fiction, Action
    Shōnen. Que vous trouverez au rayon Seinen. (Allez comprendre)
    6 tomes parus en France, en cours.

    "Tant de malheurs, tant de malheurs... C'est pour ça que ces pouvoirs te sont confiés".

    Contrairement à ce que son titre peut le laisser croire, Magical Girl Site n'est pas un shôjô tout mignon et tout joyeux mais un shônen (que j'ai trouvé au rayon Seinen) assez cru et tragique. L'histoire commence avec Aya, une fille au tempérament doux et adorable mais qui, victime des violences de son grand frère et de ijime dans son collège, ne pense qu'à se suicider. Un soir, alors qu'elle s'apprête à passer à l'acte, son ordinateur se connecte sans explications au Magical Girl Site. Là, un personnage mystérieux s'adresse à Aya en lui annonçant que la somme de tous ses malheurs va faire d'elle une Magical Girl.

    Le site a effectivement dit la verité et Aya va donc se retrouver avec un pistolet doté de pouvoirs magiques. Elle va faire la connaissance d'autres Magical Girls qui n'ont pas la même histoire qu'Aya mais ont vécu un passé tout aussi tragique. Le manga va donc se focaliser sur la sempiternelle question "Pardonner ou se venger".

    Malgré tout, plusieurs questions restent sans réponses : comment l'ordinateur d'Aya s'est connecté au Magical Girl Site ? Pourquoi a-t'elle été choisie et dans quel but ? La personne qui a confiée sa baguette à Aya est-elle vraiment une bonne personne voulant rendre justice aux plus faibles ? Quelles sont leurs intentions ? On aura l'occasion de se poser d'autres questions en cours de route, mais je ne les poserai pas ici afin d'éviter tout risque de spoil.

    Kentarô Satô est notamment connu pour Magical Girl of the End, donc j'ai précédemment rédigé un article. Magical Girl Site est donc sa deuxième série officielle. Face au manga précédemment évoqué, le tracé est sensiblement moins brouillon et beaucoup plus net, le scénario est également plus structuré et plus carré.

    Et surtout, ce manga est poignant. On ne peut pas lire les scènes de harcèlement et fermer le bouquin en étant indifférent. Alors que le sujet des brimades est très légèrement évoqué au tout premier chapitre dans Magical Girl of the End ("Crève, sale truie !"), dans Magical Girl Site, le sujet est traité de manière beaucoup plus agressive (Et ça sent le vécu). Ce manga est beaucoup plus axé sur la violence psychologique que sur la violence tout court et, même s'il y a du sang, les scènes gore sont beaucoup moins présentes et moins exagérées que dans le premier manga.

    Six tomes sont actuellement parus, et je recommande. Bon, certes, je préfère Magical Girl of the End, mais ça, c'est les goûts et les couleurs. Il est d'usage de dire que Magical Girl Site est meilleur, mais votre opinion, c'est à vous de vous la faire.


    votre commentaire
  • 29 Juillet 2017 : PAL, où j'en suis etc.

    Elle est belle, ma plante grimpante, hein ? Elle a fait des pousses <3 !

    Ma PAL de manga actuelle :

    Darwin's Game - tomes 2 à 8.
    DeadTube - tomes 2 à 5.
    Street Fighting Cat - finir le tome 1 et lire le 2.
    Highschool of the Dead - tomes 5 et 6.
    Crystal Girls - tome 2.

    Infos diverses :

    J'ai acheté le tome 1 de Abyss, de Ryuhagu Nagata, éditions Soleil Manga et... j'ai pas accroché. Peut-être qu'un jour j'achèterai le tome 2 pour savoir comment ça évolue, et si il faut donner une seconde chance à ce manga. Par contre, je ne nie pas qu'il est extrêmement bien dessiné du début jusqu'à la fin.

    Concernant Magical Girl Site, cela va forcément être le sujet du prochain article que je vais rédiger. Même si le mangaka est le même que celui de Magical Girl of the End, les univers semblent parallèles. Pour ma part, j'aime bien imaginer que le scénario de Magical Girl Site va se terminer là où va commencer celui de Magical Girl of the End. Les scènes de ijime (terme Japonais désignant la branche extrême des brimades dans les lycées, au Japon) dans les volumes 1 et 2 m'ont fait faire des cauchemars la nuit même.

    Darwin's Game, je les ai achetés il y a très longtemps en me disant que ça me ferait du bien de lire ! Actuellement, il y a 11 volumes, et il n'y en avait que 8 lorsque je les ai achetés. J'ai lu que le volume 1. Concrètement c'est un Survival Game qui se passe dans les rues de Tokyo et est censé dresser un portrait de la violence de la vie dans la rue.

    Crystal Girls, j'ai acheté les tomes 1 et 2 à Easy Cash. Seul shôjô de ma mangathèque, je m'en fiche qu'il soit destiné aux jeunes filles, il est tout coloré et tout joyeux, et la couverture est toute rose. Les deux mangakas sont en fait soeurs et cela parle de danse.

    Street Fighting Cat (meilleur titre de manga de la décade) est assez intéressant. Appartenant à la catégorie shônen, il met en scène d'adorables chats... Tous les personnages sont des chats, et même si ce sont d'adorables créatures toutes câlines, le manga reste très cru et brut de décoffrage. Décidément les Japonais m'étonneront toujours.

    Concernant Highschool of the Dead. Des zombies, des putes et du sang. Pas mal de scènes légèrement ecchi sur les bords, mais le problèmes c'est que c'est souvent gratuit. Je veux dire, c'est souvent du à l'angle de vue de la scène dessinée, et pas besoin d'une grosse connaissance en mangas pour le deviner. Bref, j'ai lu les tomes 1 à 4, j'en ai deux autres à lire mais j'ai préféré Magical Girl of the End. Ah, et ce manga semble inachevé, alors advienne que pourra.

    La première fois que je suis allé à Terre-2 (le manga-café de ma ville, Nîmes), j'avais été intrigué par DeadTube. Sur la reliure, il était inscrit "BORDERLINE". Et comme il était absent des rayons de la Fnac et de Cultura, je me suis dit que ça devait bien être trash et gore. J'ai donc acheté les 5 volumes actuels. Concrètement, ce manga, c'est des grosses poitrines et quelques scènes gore. En fait, un cameraman se voit confier la mission d'assister et filmer la scène d'un meurtre. Les choses vont se compliquer par la suite. J'ai du être Japonais ou psychopathe (ou les deux) dans une vie antérieure, parce que putain, le scénario de ce manga que toute personne normale trouverait morbide... Ne m'a même pas choqué. Mais j'ai bien aimé, alors je lirai la suite ce week-end.

    Sayonara !

     

    AH, AU FAIT !

    J'ai terminé mon apprentissage des Hiragana. Maintenant je les connais tous, les 46. Cela m'arrivait encore de confondre "SA" et "CHI", mais j'ai enfin trouvé un moyen mnémotechnique de m'en souvenir. En fait, lorsque la boucle forme un c, alors ce n'est pas le c de CHI mais SA. Ne cherchez pas à comprendre quoi que ce soit, je fonctionne comme ça. NE et RE sont aussi faciles à confondre, suffit juste de savoir que NE a une boucle comme peut en faire une queue de "neko". Je comprends aussi qu'on puisse confondre NE et/ou RE, avec WA. Ah, et voici quelques Kanjis que j'ai appris récemment.

     

    29 Juillet 2017 : PAL, où j'en suis etc.
    Je sais c'est moche.


    votre commentaire
  • Magical Girl of the End (Kentarō Satō)

    Mangaka : Kentarō Satō
    Editions Akata.
    Genre : Horreur, Science-Fiction, Action
    Shōnen. Que vous trouverez au rayon Seinen (démerdez-vous !)
    13 tomes parus en France, en cours.

    J'ébauche cette toute nouvelle rubrique après être tombé dans la marmite. En fait, j'en avais marre de toujours voir la même chose dans les jeux vidéos, donc je vais faire la même chose avec les mangas. Bon, j'avoue, j'avais commencé à lire Naruto quand j'étais lycéen, mais à un moment ça partait un peu trop en vrille et j'ai décroché.

    Magical Girl of the End n'est pas original pour un sou mais il a le mérite d'être totalement barré. J'ai acheté les trois premiers tomes à l'aveuglette chez Cultura. Je les ai dévoré en une seule soirée et le lendemain je suis parti acheter le tome 4. En fait, l'histoire commence par un cliché propre au manga : "Ma vie de lycéen est ordinaire jusqu'à ce que le roi des calamars maléfiques se réveille et plonge le monde dans la dictature des ténèbres de l'enfer et depuis c'est le gros bordel et à tout moment on peut mourir lol". En fait, bien que ma culture manga ne soit pas encore au point, j'ai quand même réussi à trouver que le début ressemble fortement à Highschool of the Dead.

    Une Magical Girl s'infiltre dans le lycée, éclate la tronche du surveillant (et pas du prof de sport comme dans HotD), et hop ! Une apocalypse zombie. Mais avec des idoles propres à la culture pop japonaise à la place des zombies. Autant vous dire que dès le tome 1, le mangaka n'y va pas avec le dos de la plume et on se retrouve avec des morts, de la panique et une tonne de sang partout. Les tomes suivants rajoutent des viols et autres joyeusetés.

    Il faudra toutefois attendre le tome 3 pour constater des améliorations dans la psychologie et les relations entre les personnages. Est-ce parce que le scénario avance ? Ou serait-ce l'expérience du mangaka qui s'améliore ? Déjà, on retrouve un autre cliché : "La fille toute douce et adorable dont on tombe amoureux dans le tome 1 n'est pas aussi douce et adorable qu'elle ne le laisse croire". C'est aussi durant ce tome qu'un gros WTF commence à s'installer : le voyage dans le temps. Et, à force, plus rien ne finit par étonner le lecteur. Pas même le fait que la saison 2 (tomes 9, 10 et 11), située 20 ans dans le futur, soit en fait un prologue à l'histoire.

    Donc, concrètement, Magical Girl of the End, c'est un gros bordel qui part dans tous les sens. Mais vous savez pas le pire ? C'est que si dans les premiers tomes on ne comprenait pas trop ce qui se passait et que le scénario se concentrait plutôt sur "Fuyez, pauvres fous !"... Plus le bordel s'installe et plus cela devient cohérent. Bref, c'est drôle, c'est sanguin et pas mal de clichés sont respectés. Même si la dose de sang s'affaiblit au cours de la saison 1.

    C'est totalement barré, ça ne plaira pas à tout le monde, mais je fais partie des gens à qui ça plait. Un grand nombre de lecteurs préfèreront se concentrer sur la deuxième série de Kentarō Satō, à savoir Magical Girl Site, moins sanguin certes, mais plus tragique, plus axé sur la société et surtout au dessin plus travaillé et moins confus - sans doute parce que l'expérience vient en pratiquant.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique