• Pouet. Un texte écrit en FreeStyle, en écoutant Mistress, le side-project des mecs de Anaal Nathrakh. La musique violente m'inspire, et j'avais le besoin d'exorciser un problème de société, le harcèlement scolaire, dont j'ai longtemps fait les frais. Au fait, j'ai écrit ce texte d'une manière assez différente et dérangeante, c'est-à-dire du point de vue du bourreau et pas de celui de la victime, et à la première personne du singulier. Et attention, j'ai écrit ce texte avec ma violence et ma haine d'antan, qui m'animaient alors que j'écrivais sous le pseudo de "Frelon Khaos".

    Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existé est purement volontaire.

     


    Vieux fanart de Terror qui n'a rien à voir.

     

     


     

     

    Tu n'as pas le droit d'être heureux. Tu n'as pas le droit d'avoir une vie normale. Aussi longtemps que j'existerai, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que ta vie soit un calvaire. Tu n'as pas le droit d'être tranquille. Je suis ton fléau. Je suis ton pire cauchemar, je suis celui qui va changer ta définition de l'école pour la vie. Parce que je ne t'aime pas.

    Parce que tu es inférieur, parce que je suis plus fort que toi et que les vermines de ton espèce, je ne les aime pas. Nous, les jeunes, nous sommes solidaires et tous unis nous allons gagner. Mais ce qu'on ne t'a pas dit, c'est qu'on ne se fait pas de cadeaux entre nous. Alors ferme ta gueule, ne dis rien à ta mère ni aux pions. Et va te faire violer.

    Je suis ton pire cauchemar. Aussi longtemps que j'existerai, tu n'auras pas le droit d'être heureux dans cette école et d'étudier correctement. Je te volerai ton portable, tu le retrouveras par terre l'écran brisé. Je me mettrai derrière toi pendant les cours pour t'attaquer au poinçon. Je tirerai ta chaise au moment où tu écriras tes cours juste pour que tu fasses des ratures. Je glisserai du poil à gratter sous ton haut, je sais que tu y es allergique, ça sera plus marrant. Qu'il est bon de te voir pleurer. Je te caillasserai jusqu'à ce que tes jambes ne puissent plus supporter ton poids. Et une fois que tu seras au sol, j'essuierais mes pieds plein de merde sur ta sale gueule. Je tartinerai ta chaise avec de la poudre de craie. Je dessinerai des bites sur ta table, et tant qu'à faire j'y dessinerai des croix gammées comme ça tu passeras pour un nazi et tout le monde te détestera. Tu n'auras bien plus qu'un seul cauchemar. Tout le monde sera contre toi. Tout le monde te détestera et fera en sorte que tu n'aies pas une seule seconde de répit, du stade de football jusqu'au laboratoire de chimie, on fera tout pour que tu pleures, pour te faire plier et t'écraser.

    Qu'il est bon de voir cette jouissive expression de peur sur ton visage. Sale faible. Va niquer ta mère. Qu'il est bon de te faire mal, cela me fait du bien, si tu savais à quel point ça me fait du bien de te faire mal. Calvaire. Je fais de ta vie un calvaire. Je fais de ce lycée ton abattoir. Sale moucheron. T'es qu'une merde et je t'écrase. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, je lis ta peur sur ton visage. Je ne met que très peu de temps à répondre à cette question qui tourne en boucle dans ta tête : "Qu'est-ce qu'il va m'arriver encore ?". Meurs. T'es un raté de toute façon, il n'y aura que ta mère pour pleurer ta mort. Et encore, ta mère, elle doit vraiment être conne pour avoir donné la vie à une vermine de ton espère qui n'est bon qu'à se faire humilier.

    Meurs, disparais, personne ne t'aime. Et ne compte pas sur le personnel du lycée. Eux non plus ne t'aiment pas. Tout le monde s'en fout. Eux aussi font partie de ton cauchemar. Bon à rien. Tu n'as pas le droit d'être heureux. Grâce à moi, tu rentreras du lycée en larmes, tu pleureras dans ton lit chaque soir et surtout, tu vas penser au suicide pour le plus grand bonheur du lycée, de ta ville et de la terre entière. Tu es de trop sur cette Terre, tu n'as pas le droit d'être heureux. Tu sais que tu dois rester fort, tu sais que l'âme de ceux qui se suicident vont en Enfer, mais je vais t'écraser tellement fort que tu finiras, la corde autour de cou je l'espère, par te demander comment l'Enfer peut être pire. Personne ne t'aime. Disparais. Meurs.

    Meurs. Sale vermine. Crève. Ordure. Bon à rien. Meurs. Connard. Fils de pute. Meurs. Enfant de dégénéré. Sale prolétaire. Piotte. Crève. Souffre. Disparais. Suicide-toi. Va te pendre. Crève. Ne dis rien. Incompétent de merde. Râclure. Pédale du lycée. Souffre-douleur de merde. Chair-à-viol. Tu es faible. Ton ADN est faible. Ta famille est faible. Ce lycée sera ta tombe.

    Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs. Meurs.


    votre commentaire
  • "Exorcisme" : petit essai de manga en une planche

     

    Crayons HB, 2B, 4B, 6B et 8B.

    Coucou ! Oui, le coucou, c'est la deuxième phrase de l'article, la première phrase de l'article explique quels moyens j'ai utilisé. Ne cherchez pas à comprendre. Donc concrètement, ceci est ma première planche de test ! Je franchis un cap ! C'est fou, j'ai acheté deux petits blocs de dessins il y a une semaine, 40 pages chacun, et j'en ai déjà terminé un. Bien ! Voici donc une planche pleine de mystère, c'est pour cela qu'on ne sait pas trop à quoi sert le symbole, ni pourquoi les personnages disent ce qu'ils disent.


    votre commentaire
  • Dessin d'entraînement : Fille du chaos

     

    Bognour.

    Voici donc la fille du chaos, un pseudo-OC que j'ai réalisé aux crayons Faber Castell, HB, 2B, 4B, 6B et 8B. C'est un dessin d'entraînement que j'ai fait pour avoir un aperçu du progrès que j'ai fait ces derniers jours. j'ai donc appris à dessiner les yeux, le nez, la bouche, les oreilles. J'ai survolé le chapitre sur les cheveux alors je me suis contenté des bases. Bien que les cheveux, ce n'est pas un chapitre mais toute une mini-section, vu qu'il y a pas mal de coiffures à savoir dessiner.


    votre commentaire
  • Le fléau de Instagram


    votre commentaire
  • Hello.

    Il faut l'avouer, c'est beaucoup plus facile de progresser avec une méthode à la main qu'en improvisant. Alors c'est vrai que jusqu'à présent, je dessinais principalement des labyrinthes et des trucs avec des traits partout, mais comme j'ai eu besoin de voir autre chose, j'utilise ce fameux bouquin pour dessiner des mangas.

    Regard calculateur

    Voici donc un dessin d'entraînement que j'ai dessiné en grand format (A4). Alors concrètement, aujourd'hui j'ai appris à dessiner les yeux. mais à bien les faire, pas en dessinant des ronds dans des ovales. Et j'ai voulu faire les choses en grand après quelques dessins de pratique parce que j'ai trouvé que c'était facile. Alors bien sûr, il me reste les cheveux à apprendre, c'est pour ça que c'est un peu hasardeux et hésitant sur l'image.

    Tests 1

    C'est plus facile à dessiner que des visages, enfin, pour l'instant.

    Nez

    Et voici des dessins d'entraînement où j'ai principalement essayé de dessiner des nez différents, de face et de profil. Le corollaire de cette pratique est que j'ai évidemment commencé à apprendre à dessiner des visages de profil, en tout cas l'esquisse.

    Ah, au cas où ça vous intéresse :

    Les yeux des personnages de manga ont BEAUCOUP d'éclat.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires